Le chantier de la mine d’or d’Angovia (Bouaflé) a reçu la visite de M. Jean Claude Kouassi, Ministre des Mines et de la Géologie, le jeudi 17 décembre 2020. Il s’agit d’une visite de travail, qui avait pour but de permettre au premier responsable du secteur minier ivoirien de se faire une idée de l’état d’avancement des travaux de la mine, en vue de s’assurer du respect des délais arrêtés pour le début de fonctionnement et de production de cette mine d’or, exploitée par l’entreprise Perseus Mining, et dont les retombées seront d’un grand apport dans la réalisation du projet d’érection du secteur minier comme deuxième pilier de l’économie ivoirienne.
Cette visite de travail a été l’occasion pour le Ministre Jean Claude Kouassi, de tâter les chiffres attendus de cette exploitation minière. Avec une réserve aurifère de 43 tonnes d’or qui seront exploitées sur une période de 9 ans pour un chiffre d’affaires estimé à 855 milliards de FCFA, la mine d’or d’Angovia permettra à l’Etat de Côte d’Ivoire d’engranger un bénéfice cumulé de 58, 4 milliards de FCFA. Quant aux populations riveraines de l’exploitation, elles bénéficieront de 4,3 milliards de FCFA à travers le Comité de Développement Local Minier (CDLM), pour le financement des projets de développement communautaire. En termes d’impact social, la mine d’or d’Angovia va générer 535 emplois permanents et environ 632 emplois indirects.
Jean Claude Kouassi s’est réjoui de ces perspectives heureuses, tout en donnant l’assurance de son engagement à soutenir l’entreprise en particulier et le secteur minier en général. Il s’est félicité que les retombées attendues de cette mine d’or s’inscrivent dans la droite ligne de la tendance actuelle du secteur minier qui, au troisième trimestre 2020, avait atteint un chiffre d’affaires de 688,3 milliards de FCFA, contre 544, 7 milliards de FCFA sur la même période en 2019. Dans ce même ordre, l’Etat de Côte d’Ivoire a engrangé, à fin septembre 2020, 17,1 milliards de FCFA, soit une hausse de 54,38% par rapport à 2019.
Notons que ces résultats sont soutenus par une lutte permanente contre l’orpaillage clandestin et toutes les formes d’infractions au Code minier, à travers la Brigade de Répression des Infractions au Code Minier (BRICM). Après les 222 sites qu’elle a déguerpis en 2019, la Brigade est, en ce qui concerne l’année 2020, à 180 sites d’orpaillage clandestin démantelés, et 45 personnes interpellées et déférées. Au plan judiciaire, 7 procès se sont déjà tenus, avec à la clé 102.100.000 de FCFA d’amendes au profit de la Côte d’Ivoire, 735.283.000 FCFA de dommages et intérêts au profit de l’Etat de Côte d’Ivoire, ainsi que 30 personnes condamnées à des peines d’emprisonnement ferme.